Communiqué de presse
Paris et Bruxelles, 8 septembre 2020 

L’élection de Grégory Doucet à la Mairie de Lyon a suscité nombres d’inquiétudes suite à ses déclarations hostiles à la réalisation de la ligne Lyon-Turin, pourtant initiée depuis 2012.

En effet, en juillet dernier, le nouveau Maire de Lyon, qui n’a pourtant aucune prérogative sur le sujet, a souhaité l’arrêt du projet. Peut-être faudrait-il lui rappeler que le tunnel est déjà largement construit et que tout stopper maintenant consisterait à avoir dépensé du temps et de l’argent… pour rien.

Une décision qui serait incompréhensible pour la Cour des Comptes de l’Union européenne qui a déjà fait savoir en juin dernier que les retards chroniques pris dans la réalisation de la ligne avaient générés des coûts supplémentaires importants.

L’heure n’est plus aux conflits politiques stériles.  Sandro Gozi et Christophe di Pompeo appellent toutes les parties prenantes à soutenir massivement ce projet afin qu’il puisse voir le jour le plus rapidement possible.

Pour rappel, la ligne historique date du XIXe et n’est plus du tout appropriée pour répondre aux enjeux de notre siècle.

Le trafic routier transitant entre nos frontières a augmenté de 16% entre 2013 et 2016, réhausser le niveau des infrastructures de transport relève de l’urgence, tant en terme environnemental qu’économique.

En plus de la réduction du temps par deux du trajet entre Rome et Turin pour les passagers, le projet s’inscrit dans l’ambition du Green Deal européen afin de désengorger les vallées alpines qui sont aujourd’hui complètement asphyxiées par le passage des camions. Avec cette nouvelle ligne, on basculerait chaque année un million de poids lourds de la route vers le rail pour passer de la France à l’Italie.

En ce sens, Sandro Gozi et Christophe di Pompeo tiennent à soutenir et saluer la poursuite des travaux engagés cet été qui doivent, à terme, permettre de :

  • Mieux connecter les réseaux européens entre eux
  • Décongestionner les réseaux routiers et faire respirer à nouveau les vallées alpines
  • Densifier les échanges entre la France et l’Italie
  • Réduire significativement le temps de trajet être Lyon et Turin pour tous les utilisateurs de la ligne.

Sandro Gozi
Député au Parlement européen
Renaissance | Renew Europe

Christophe di Pompeo
Député du Nord
Président du Groupe d’amitié France-Italie