Intervention en Plénière
14 septembre 2020

Merci M. le président,

« Contre l’imprévisibilité, le remède se trouve dans la faculté de faire et de tenir des promesses », à très justement dit Hannah Arendt.

En juillet, vous – la Commission et le Conseil – vous avez fait une promesse : financer le plan de Relance avec des nouvelles ressources en faisant payer les pollueurs, les géants du numérique et ceux de la finance.

Maintenant faisons ce que nous avons dit !

Vous voulez rendre l’Europe juste et populaire ? Alors tenez cette promesse.

L’alternative c’est d’augmenter les contributions nationales, demander davantage aux contribuables ou couper encore plus le budget européen.

Si vous voulez rendre l’union plus impopulaire, cela serait la bonne voie…

Non : ceci n’est pas une alternative. L’efficacité et la crédibilité du Plan en dépendent. Il faut avant la fin de l’année un calendrier contraignant pour introduire des nouvelles ressources.

Et finalement respectons les traités : les ressources propres y sont ancrées. Les actuelles sont datées, et il est donc grand temps d’en mettre en place de nouvelles.

Merci.