Depuis la non-ratification du Traité établissant une Constitution pour l’Europe, L’Union
européenne vit une crise existentielle, dont chaque crise supplémentaire – la crise
financière de 2008, et celle migratoire de 2014 –  représente une limite de plus à la
construction européenne. On a assisté à l’avancement de l’intergouvernementalisme, et à
l’incapacité chronique de développer une politique étrangère commune capable d’assurer la
réalisation des intérêts stratégiques.

Mais, ensuite, la pandémie de Covid-19 a frappé nos sociétés. Face à l’effondrement de nos
économies, à un autre coup fatal au multilatéralisme avec l’imposition de nouvelles
restrictions au commerce international et l’incapacité de contenir l’épidémie du Covid-19,
l’Europe s’est montrée unie. En juillet 2020, les 27 États membres sont parvenus à un accord
: un plan de relance européen de 750 milliards d’euros pour entamer le processus de
renaissance de l’Union. Cette dette commune doit être la première étape vers la création
d’une Union fédérale, capable d’affirmer la souveraineté européenne tant dans le continent
qu’à l’étranger.

Dans le rapport nous allons donc analyser les domaines où une démarche transnationale va
devenir de plus en plus nécessaire afin d’éviter une perte de contrôle de la part de l’Union
et de ses États membres. Tout d’abord, notons qu’il faudra que les droits de l’homme et les
libertés fondamentales soient mis au centre du projet d’intégration politique. À partir de là,
l’Union devra s’embarquer dans la transition numérique et écologique, afin de préparer nos
entreprises aux changements dans la structure économique globale, en garantissant une
adaptation inclusive aux priorités du Green Deal. Il sera aussi nécessaire d’améliorer
l’influence de l’UE dans la politique mondiale pour ce qui concerne les équilibres
stratégiques dans la Méditerrané et dans le Moyen-Orient, de formuler une stratégie contre
les interférences étrangères dans nos processus démocratiques, une politique migratoire
plus humaine, de renouveler l’Alliance Transatlantique basé sur d’autonomie stratégique
européenne et la restauration du multilatéralisme sur la scène internationale. Toutefois,
l’affirmation d’une Europe-puissance exigera la création d’une véritable Union politique,
avec l’instauration d’un espace politique transnational.

L’objectif de ce rapport est d’avancer des propositions politiques et les moyens légaux pour
les mettre en œuvre en vue de la Conférence sur le futur de l’Europe. Dans ce moment
« Darwinien », notre Union a besoin d’une impulsion fédérale pour donner l’élan aux acquis
obtenus à partir de juillet 2020 avec l’adoption de NextGenEU. C’est exactement pour cela
qu’il est impératif de lancer au plus vite cette conférence pour que les citoyens, les
institutions européennes, nationales et les représentants de la société civile puissent enfin
conduire l’Europe vers une nouvelle phase démocratique, transnationale et humaniste de
l’Union.

Appuyez sur le lien ci-dessous pour télécharger mon rapport !

Mes idées pour une renaissance européenne et l’avenir de l’Europe